mardi 29 septembre 2009

L'assiette du compromis

Si vous avez des enfants, vous devez savoir que le moment du repas n'est pas toujours un moment de plaisir....Un jour, il aimera le menu, un autre jour, il le détestera. L'heure du repas pour le jeune enfant peut-être pourtant considérée comme une activité parmi tant d'autre. C'est aussi un moyen pour l'enfant d'affirmer son autonomie, en apprenant la négociation ; « ça, je mange, et ça, non ». Si le contenu de l'assiette est l'affaire de chacun, le contenant pourrait devenir support à cet apprentissage. Imaginons une assiette pour initier nos enfants à la découverte alimentaire de façon constructive.

5 commentaires:

coline a dit…

Donc, si je comprends bien, l'enfant peut remplir la partie rose avec ce dont il ne veut pas ? Le deal, c'est que le reste doit être mangé ?

Simplicime design a dit…

Tu as tout compris. Faire le tri entre ce qu'on aime et ce qu'on aime pas, mettre de côté ce qu'on ne veut plus, repousser la nourriture du bout de la fourchette... Tout les moyens sont bons pour nos chérubins pour ne pas finir leurs assiettes. Le principal étant : goûter à tout. Et si vraiment l'estomac de nos petits n'en peut plus, alors vient le moment de la négociation. Certains excellent en la matière....

serge a dit…

joli et utile! on s'interroge sur le motif qui fait la ligne... c'est pas des barbelés qd même... on pourrait mettre une ligne de texte, une phrase ou un truc qui éclaire le sens de l'objet. Du genre si je vois l'assiette juste comme ça, sans explications sur l'emballage ou sans lire un article dessus, qu'est-ce que je comprends? est-ce que c'est clair? (sans que ce soit un truc cu-cul pour bambins)
mais l'idée est très bien. Objets de négociation (un beau sujet d'expo: avec pour sous-tire: de la kalaschnikoff à l'assiette de bébé).

Simplicime design a dit…

Merci Serge pour tes commentaires éclairés. Comme quoi même la création est aussi une histoire de négociation. Effectivement la ligne à ne pas dépasser pourrait être remplacée par un truc comme "ça, j'en veux pas". Mais n'oublions pas que les (petits) enfants ne savent pas lire et que la seule limite colorée devrait suffire à leur faire séparer ce qu'ils veulent de ce qu'ils ne veulent pas.

serge a dit…

l'enfant ne lit pas, c'est sur, mais ma remarque était plus sur : rendre l'objet immédiatement lisible, compréhensible pour que les futurs acheteurs et utilisateurs (les parents!!! qui lisent eux...) puissent se dire au premier coup d'oeil et sans sous-titre: génial,j'achète...
je suis pour "éviter les sous-titres" dans la production design sur blog... en plus c'est du temps gagné(!!)